Défi 1/30-Banquier : BOURREAU ou partenaire !? « 30 Stratégies d’Entrepreneur »

 

Banquier : BOURREAU ou partenaire!?

Cette semaine, j’ai eu mon 1er rendez-vous bancaire, pour une demande de crédit pour mon nouveau projet ! Et bien, cela a beau faire près de 19 ans que je les côtoie, le stress est toujours bien présent !
J’ai toujours en mémoire toutes ces années de relations difficiles, voire cauchemardesques vécues avec eux, à cause d’eux, contre eux. Pfiouuu, ce stress ! Alors, votre banquier, Bourreau ou partenaire ? J’ai appris à comprendre ! Alors après des relations plus que difficiles, voici une série de conseils, que j’espère précieux😊!

Vous avez surement dû connaitre ça au moins une fois dans votre vie d’entrepreneur… Demande d’un petit découvert, un prélèvement ou un chèque refusé sans être prévenu, des frais infinis qui vous plombent votre trésorerie et votre moral…
Bref, autant vous dire que, pendant toutes ces 1ères années d’entrepreneurs, ça a été notre PLUS GROS STRESS ! Bien plus que le manque de client, le manque d’argent pour vivre, ou toutes autres difficultés liées à notre entreprise !

Le banquier qui se moque de nous

Nous avons malheureusement pleins d’anecdotes…

Le banquier qui ne comprend pas le projet. Limite, il se moque ouvertement de nous et nous rabaisse. Nous avons eu plusieurs cas au début de nos créations d’entreprises.

Et encore dernièrement, il y a à peine quelques semaines,  quand j’ai parlé de créer ma formation pour les entrepreneurs débordés (je travaille dessus actuellement), elle (une dame) m’a d’abord demandé si les entrepreneurs étaient débordés, elle a semblé surprise…
Ensuite, elle a voulu savoir si ma prochaine formation serait pour entrepreneurs fainéants !? … Quel est le rapport ? Débordés/fainéants ??? grrrrrrr !@#%@#!??

Bref, c’est dans ce genre de condition, que je me rappelle de ne JAMAIS écouter les autres, rien de pire pour le moral !

Le banquier qui ne fait pas son travail

Il y a une petite dizaine d’année, nous avons eu le merveilleux cas, du directeur de banque, d’une petite agence qui, ayant son agent d’accueil en vacances, ne posaient pas l’argent mis dans les coffres de nuit.

Durant près de 15 jours ! Ce n’était pas son travail… Par contre, il n’a pas hésité à nous refuser des prélèvements et à en empocher les frais associés… pendant que notre argent dormait tranquillement dans son coffre de nuit.

Nous avons dû le menacer de porter plainte pour vol qualifié ! Mais ce n’était pas à lui de faire les rentrées, vous comprenez… il était directeur !

Mais, heureusement, j’ai COMPRIS !

J’en ai malheureusement eu bien d’autres des mésaventures comme celles-ci, mais je ne suis pas là pour ça !
Et même, vous allez être surpris, mais je dirai même, au contraire !!! Je voudrais, peut-être pas défendre les banquiers, mais au moins les décrypter😊

Je voudrais vous dire qu’il y a 4 ans (2 ans avant la fermeture de notre entreprise), J’AI COMPRIS !!!
J’AI COMPRIS qu’ils n’étaient pas tous comme ça !
J’AI COMPRIS qu’il y en a même qui se démènent pour leurs clients, qui transpirent pour eux !!! Si, si, je vous jure, je l’ai vu et je l’ai vécu !

Et à partir de là, les choses, les relations, le travail ensemble, tout a été très différent ! CA CHANGE TOUT !!!!

Il existe des banquiers très, très bons

Après toutes ces années, j’ai compris que :

Comme partout, il y avait des banquiers « cons », voir très c…
(Excusez-moi, je suis rarement vulgaire, mais ce n’est qu’une vérité).
MAIS qu’il y en a aussi de très, très bons, mais aussi dévoués.

J’ai compris, qu’il ne fallait pas faire de généralité, même si en 19 ans d’entreprenariat, cela avait été difficile avec la majorité.

J’ai compris, qu’il faut apprendre à leur parler sans à priori, et je dirai même que, nous devons nous considérer sur un même pied d’égalité.

J’ai compris qu’il faut changer notre perception vis-à-vis d’eux, même si j’avoue que cela a été particulièrement difficile.

Mon amie est banquière

Qu’est-ce que j’ai fait pour comprendre tout cela ?

En fait, l’histoire à commencer par hasard, j’ai rencontré des banquiers en dehors de leurs agences.

La 1ère fois, c’était sur une porte-ouverte, chez un vigneron, elle tenait un stand de produits cosmétiques à base de lait de jument, elle et son mari tenaient une ferme.
Nous avons sympathisé très rapidement, à tel point que nous avons partagé nos histoires. Moi bien sûr, mes déboires bancaires, si bien, qu’elle n’a eu le courage de m’annoncer « la nouvelle », qu’en toute fin de journée…

Malgré tout, depuis, nous sommes devenu de très bonnes amies, mais ce n’est pas ma banquière !

Ma 2ème expérience a été de les rencontrer sur une foire, leur stand était à côté du mien… La proximité force un peu les relations… Au moins 3 ou 4 ans plus tard, cette agence est devenu notre banque attitrée.

J’ai vécu ma liquidation judiciaire avec mon banquier

Et pour faire taire la remarque que j’entends déjà, que j’aurai moi-même pu dire, avant : Non, cela n’a PAS marché entre nous QUE pendant les bons moments !
Et même, au contraire, puisque nous avons vécu notre liquidation judiciaire ensemble !

Et je dis bien ENSEMBLE, lui, notre conseiller bancaire, et sa directrice d’agence, nous ont soutenu jusqu’au dernier jour, et même après, et pourtant, nous leur devions de l’argent !

Voilà, c’est comme ça que j’ai commencé à apprendre !

Qu’est-ce que j’ai appris sur les banquiers ?

Voici donc quelques conseils que j’ai retenus de toutes ces années :

Rencontrez les hors de leur bureau

Apprenez à rencontrer les banquiers dans des lieux, des endroits, des événements différents :

  • des salons,
  • des inaugurations
  • des networking,
  • dans des associations ou autres cercles dédiés aux entrepreneurs…

Où vous voulez, mais ailleurs que dans leur bureau. Vous les verrez différemment.

Notre banquier n’est pas Dieu

Désacraliser le banquier, ce n’est pas un Dieu tout puissant qui utilise son pouvoir pour nous détruire ! Ce sont simplement des humains, comme nous, avec des défauts et des qualités comme tout un chacun.

Un partenaire financier avant tout

Le banquier est avant tout un partenaire financier. Vous ne devez pas être “en demande” devant votre banquier, comme on peut l’être devant son professeur, croisant les doigts pour avoir une bonne note.
Non, VOUS êtes le recruteur, vous êtes le client !
Vous devez voir à la fois l’enseigne, les services associés ou les taux bancaires pour votre projet, certes, mais vous devez AVANT TOUT choisir un interlocuteur, voire, limite un fan de votre projet.

Le banquier n’aime que les chiffres

C’est avant tout un homme ou une femme « consommateur », vendez lui votre idée comme à un client.
Mais, comme c’est un banquier, expliquez en détail, EN CHIFFRES :

  • vos choix,
  • vos stratégies,
  • la communication choisie
  • le pourquoi de chaque étape de votre projet.

Soyez concret !

Attention, même s’il préférera que vous lui parliez avec passion, il n’y est PAS SENSIBLE, seuls les chiffres l’intéressent !

C’est pourquoi, quand on a un projet, il faut préparer un dossier qui lui parle, il faut apprendre à connaitre le vocabulaire de banquier. Oui, je sais, c’est difficile ! Si vous ne savez pas ce que cela veut dire, et bien demandez-lui !

Recrutez votre banquier

Ensuite, durant toute la durée du partenariat, car, c’est bien de cela dont il s’agit de PARTENARIAT ! Le plus important, pour que tout ce passe au mieux, c’est la co-mmu-ni-ca-tion !!!

C’est à vous de le choisir, de le sélectionner, de le recruter !

Si, à votre 1ère rencontre, vous ne le sentez pas, si vous n’êtes pas à l’aise, si quelque chose ne va pas, partez ! Ne concluez aucun contrat ! MÊME s’il vous a accepté le crédit !

Si vous ne vous en apercevez que plus tard, que vous avez déjà signé, que cela fait plusieurs années que vous êtes en collaboration, mais que les relations se dégradent, PARTEZ, n’attendez pas !
Même si ça semble long et compliqué, qu’on a pas le temps de faire tous les papiers, de courir de banque en banque, que vous êtes débordé, etc. Que ça vous fatigue d’avance, PARTEZ quand même, car rester sera PIRE !

Le plus important, c’est la COMMUNICATION !

Après, il y a parfois des hauts et des bas, c’est normal. LE PLUS IMPORTANT encore une fois, c’est la COMMUNICATION !

Impliquez-le :

  • Si vous sentez que ça va être une période difficile, prévenez-le, anticipez !
  • Expliquez-lui quand tout va mal. Pourquoi votre situation a changé, qu’est-ce qui se passe ?
  • Et surtout, faite-le aussi, et avant tout quand tout va bien. Ce sera agréable pour lui, cela créera des relations entre vous, et il s’en souviendra dans les moments difficiles. Le dialogue ne est facilité, et parfois c’est un grand soutien devant leur direction, car il connaîtra votre histoire!

En fait, c’est ça que J’AI COMPRIS :

C’est LA RELATION qui la plus importante !
C’est votre 1er fan, 1er client, 1er investisseur, 1er associer, 1er soutien…
ou votre 1er bourreau !!!!

Voilà, pour aujourd’hui, j’espère que ces petits conseils vous aiderons, j’aurai tant aimé les connaitre au tout début de notre vie entrepreneuriale !!!

Bon courage à tous,
Et n’oubliez pas que construire une relation avec votre partenaire bancaire, engendrera vos futurs P’tits Bonheurs d’Entreprendre,
C’est tellement important.

 

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  • 9
  •  
  •  

Laisser un commentaire