Défi 4/30-Échouez, échouez, échouez ! “30 Stratégies d’Entrepreneur”

Échouez, échouez, échouez !

Ce que j’ai appris au cours de ces 19 dernières années d’entrepreneuriat, c’est que lorsqu’on accepte la possibilité de l’échec dans sa vie, on en devient plus fort !

Pas de honte à échouer, soyez fier et recommencez

Échouer est humain. Nous ne naissons pas en parlant et en marchant, il a bien fallu apprendre , et pour apprendre il a bien fallu tomber ou se tromper.

C’est donc quelque chose de naturel, et c’est en cela qu’il ne doit pas y avoir de honte à cela, et je dirai même au contraire, soyez en fier : échouer et recommencer. 

La société nous “oblige” à être parfait immédiatement

Le problème s’est que notre société nous “oblige” à être non seulement parfait, mais, en plus “parfait” sur l’immédiat ! Il devient même presque inconcevable que quelqu’un ne réussisse pas ce qu’il entreprendre du 1er coup !

“J’arrête de fumer”, sous entendu, tout de suite, maintenant. S’il y a rechute, c’est que “je n’en suis pas capable”, que “c’est trop dur”.

Pareil pour “cette année, je fais du sport ! “, on y va durant 1 semaine ou 1 mois et après on se dit que “c’est impossible, je ne suis pas fait pour faire du sport”.

Attention aux échecs intérieurs

Et nous restons sur des échecs intérieurs, qui nous fragilisent, nous rendent malheureux , car pas fiers de nous ! Ils nous donnent l’impression que nous ne sommes pas courageux, volontaires, pas ceci ou pas cela.

Mais tout cela est faux ! Accepter l’échec dans sa vie, c’est s’autoriser à recommencer,à ne pas réussir du 1er coup.
Et pour une entreprise c’est pareil ! Mais je les entend, les “moi, je n’envisage pas d’échouer, ce n’est pas une option !”.
Oui, c’est vrai, et personne n’aime cela. Mais comment être préparé à cette éventualité, qui même si on fait tout pour ne pas échouer, ça arrive quand même ?

La perfection à tout prix ne mène qu’à la détresse

Dans nos business, dans nos vies en générale, la performance avant tout, ne pas montrer ses faiblesses, être productif, faire toujours plus avec toujours plus de pression. La perfection à tout prix ne mène qu’à la détresse : burn out, absentéisme, dépression, mal être, suicide…

« Fonder sa vie sur ses forces, c’est prendre le risque de tomber bien bas lorsque des ébranlements surviennent, car à ce moment précis, nous refaisons la découverte douloureuse d’une vulnérabilité non assumée ». Philippe Cochinaux, écrivain-Chemins vers le bonheur.

Acceptez et ouvrez vos champs des possibles

En acceptant l’échec dans votre vie, vous vous ouvrez au champs des possibles, car en réalité, il n’y a pas de méthode plus puissante pour apprendre.

Quand on veut changer une mauvaise habitude, ou acquérir une nouvelle compétence, accepter que vous n’y arriverez peut-être pas du 1er coup, vous donnera plus de chance d’y arriver.

Nouvelle habitude, mes échecs

Par exemple, j’ai mis 3 ans avant de réussir à faire une marche de 45mn tous les jours.
J’ai commencé par le faire un été, tout entier, le matin à 5h30, c’était super, j’étais trop fière.
Mais arrivée à l’automne, il a commencé à faire nuit, je n’étais pas vraiment rassurée, il faisait froid.
Bref, j’ai arrêté au bout de 2 mois.

J’ai réessayé quelques fois dans l’année qui a suivi, mais, chaque fois, je ne trouvais pas le bon moment.

Nouvelle habitude, grâce à mes échecs

A force d’échouer et de chercher des solutions, depuis, maintenant fin juin, il y a 7 mois, j’ai enfin trouvé le rythme qui me convient, le bon moment, la bonne heure :

  • 5h30 était trop tôt : je suis passée à 7h00.
  • Ce n’étais pas régulier, je me posais trop la question de savoir si j’avais envie : je sors à présent en même temps que ma fille qui va au collège. Pas le temps de réfléchir, elle ne doit pas rater son bus. Pour info, elle peut y aller seule, ce n’est pas loin, mais c’est le déclencheur.
  • Pour le mauvais temps, tout l’été, je me suis préparée mentalement à me dire qu’il va bientôt faire froid et nuit, que je devrai quand même poursuivre. J’ai anticipé.
    Mon état d’esprit était prêt à l’arrivée de l’automne. Je n’ai pratiquement manqué aucun jour depuis 7 mois.

Et ça uniquement grâce à mes différents essais, à mes échecs répétitifs.

Les échecs sont bon pour le business

C’est pareil pour mes entreprises, la 1ère n’étais pas top, j’ai créé la 2ème. Celle-ci n’a pas fonctionné comme je le voulais, j’en crée une 3ème. Comme je l’explique dans mon article d’hier Echec : challengez-vous ! 

Rien de grave ou de culpabilisant ! Il faut juste accepter d’accorder la place que mérite l’échec dans notre vie et, TRÈS IMPORTANT, toujours en faire quelque chose et apprendre à être meilleur. Chaque jour devient une meilleure version de vous-même.

Des remarques désobligeantes de votre entourage ?

Vous avez des remarques désobligeantes, voire blessantes de votre entourage ? Oui, je sais, moi aussi. Mais qu’est-ce que ça peut bien faire !? RIEN, on s’en fou ! Soit, ils ne comprennent pas, et c’est normal, car l’échec est juste la combinaison de plein de paramètres. Je vous l’explique d’ailleurs dans mon article  Rebondir après un échec . Soit ils jugent !

Peut importe, vous, vous progresserez, vous décuplerez vos compétences, qu’ils n’auront pas bougé d’un iota dans leur Vie !

Refuser l’échec est un acte d’égo, pas de raison

Finalement, ne pas accepter l’échec revient à rester sur son idée 1ère, sans se remettre en question, et quand on prend trop en considération l’avis des autres, cela devient un acte d’ego, pas de raison.

Pour ce qui me concerne, quand j’ai un échec dans ma vie, même les plus gros, comme notre liquidation judiciaire, j’ai une image (et oui, j’aime bien les images, c’est simple à comprendre😜), c’est ce que je ressent, et de plus en plus souvent en ce moment :

Quand ça ne va pas, que c’est difficile, que le résultat n’est pas à la hauteur de mes espérances, chaque fois ça pique. Je dirai même que ça fait carrément mal ! Car, malgré ce que j’ai expliqué un peu plus haut, moi aussi, j’ai de l’égo 😏. Et certaines choses ne me font vraiment pas plaisir, surtout que j’essaie de toujours faire de mon mieux.
Alors si ça ne marche, ça me fait un peu grincer des dents !

Et puis, la vive douleur passe. Pourquoi ? Car je me concentre sur la suite, et c’est ça tout le secret ! Qu’est ce que je peux changer ou améliorer ?
Alors ça passe et la vie reprend son cours, j’ai oublié la douleur.

L’échec est une course de haies

Mon image, c’est… (non, j’avais pas oublié, je suis juste bavarde), c’est que cela me donne juste l’impression de faire une course de haies :

« En athlétisme, la course de haies est une course à pied comportant le franchissement d’obstacles semblables, appelées haies, réparties sur le parcours… » Définition Wikipédia.

Un obstacle arrive avec la difficulté de passer par-dessus, parfois on y arrive, parfois pas. Peut-être que je n’ai pas sauté assez haut, ou que j’ai touché, ou pas pris le bon appuie…, mais pas le temps de trop y penser ; je dois faire mieux au prochain, et ce jusqu’à passer les obstacles de façon fluide !

Voilà, j’espère que cela vous aidera à passer vos prochains obstacles, ou ceux en cours ! Courage, ce n’est pas forcément facile du 1er coup, mais à force d’y penser, vous y arriverez et en serez grandi !

A demain,
Mais pour un nouveau sujet ! Je crois que pour l’échec, on en a vu pas mal, non !?

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 11
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire